Aurélie 05/04/06

d'après concours kiné St Michel ( chimie )2006

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies vous proposant des publicités adaptées à vos centres d’intérêts.


.
.


Spectrophotométrie.
  1. A- L'absorbance d'une solution est d'autant plus grande que la concentration du solué est plus petite.
    Faux : (en solution diluée absorbance et concentration du soluté sont proportionnelles)
    B- L'absorbance d'une solution dépend de la longueur d'onde de la lumière utilisée. Vrai.
    C- Le spectrophotomètre doit être étalonné avec le solvant seul avant analyse.Vrai.
    D- La couleur observée est la couleur complémentaire de la couleur absorbée par la solution.Vrai.
    E- Une solution est colorée si elle absorbe toutes les ondes de la lumière visible.Faux.
    "solution colorée si elle absorbe une partie des ondes de la lumière visible"
  2. Une solution de couleur violette de permanganate de potassium est analysée par spectrophotométrie. La concentration de l'ion MnO4- en solution aqueuse est : A- 1 mmol/L ; B- 1 cmo/L ; C- 0,1 mmol/L ; D- 10 mmol/L ; 1 kmol/L
    e0= 2000 cm-1L mol-1 ; longueur cuve L= 5 mm ; A=1
    A= e0L C d'où C= A/( e0L)= 1/(2000*0,5)= 10-3 mol/L = 1 mmol/L( A : vrai)
    à propos d'équilibre chimique
  3. A- Le quotient initial d'une réaction limitée est sa constante d'équilibre Faux.
    (La valeur finale du quotient de réaction d'une réaction limitée est sa constante d'équilibre)
    B- Si le quotient de réaction initial est supérieur à la constante d'équilibre, la réaction évolue en sens inverse.Vrai.
    C- L'ajout d'un excès de réactif permet de déplacer un équilibre chimique. Vrai.
    ( Déplacement dans le sens " consommation du réactif ajouté en excès")
    D- Le taux d'avancement final ne dépend pas de la constante d'équilibre. Faux.
    ( Pour un acide "faible" , K= t²c/(1-t) : donc K et t sont liés)
    E- L'élimination d'un produit par distillation déplace un équilibre chimique Vrai.
    ( Déplacement dans le sens " formation du produit distillé")

    à propos de cinétique chimique
  4. A- Une augmentation de température augmente la vitesse volumique d'une réaction. Vrai.
    B- La vitesse volumique d'une réaction est nulle en début de réaction. Faux.
    C- La vitesse volumique initiale d'une réaction est divisée par 2 au temps de demi réaction.Faux.
    ( la vitesse volumique est proportionnelle à la dérivée de l'avancement par rapport au temps v= 1/V dx/dt ; à t½, l'avancement est égal à la moitié de l'avancement final v½ = 1/(2V) dxf/dt ; si la réaction est totale, xf=xmax )
    D- Un catalyseur peut orienter une réaction chimique. Vrai.
    E- Un catalyseur augmente le taux d'avancement final d'un équilibre chimique Faux.
    ( le catalyseur permet d'atteindre plus rapidement l'équilibre, sans en changer sa composition)
  5. L'avancement d'une réaction chimique totale, varie avec le temps suivant : l'équation : x(t) = 20t/(2+t), avec x(t) exprimé en mol et le temps en minute. Le temps de demi réaction vaut en minutes : 1 ; 2 ; 10 ; 4 ; 5
    à t½, l'avancement est égal à la moitié de l'avancement final ; si la réaction est totale, xf=xmax .
    si t tend vers l'infini alors l'avancement tend vers xmax = 20 mol
    résoudre : 10 = 20 t½ / (2+t½) soit t½= 2 min.



  1. à propos de chimie organique
  2. L'oxydation ménagée d'un alcool A, monofonctionnel, par le permanganate de potassium en défaut conduit à un produit organique B. Cette réaction est exothermique.
    A- Si B est un aldehyde il donne un miroir de cuivre avec le réactif de Tollens) Faux.
    ( " miroir d'argent ")
    B- Cette réaction libère de l'énergie dans le milieu extérieur. Vrai.
    C- Si l'alcool est primaire, le produit B donne un précipité bleu avec la liqueur de Fehling Faux.
    ( " précipité rouge Cu2O")
    D- Si l'alcool est secondaire, le produit B donne un test positif avec la 2,4 DNPH Vrai.
    ( " ce serait vrai aussi pour le produit B issu d'un alcool primaire : la DNPH met en évidence le groupe carbonyl d'un aldehyde ou d'une cétone")
    E- L'alcool A peut être obtenu par réduction du composé B Vrai.
  3. A- L'hydrolyse en milieu basique d'un triglycéride génère entre autres des savons Vrai.
    B- Le méthylhexane paut donner de l'heptane par une opération de reformage. Faux.
    ("opération de craquage chimique d'une molécule d'hydrocarbure ou d'alcool pour la transformer en ses composants majeurs")
    C- L'hydrolyse en milieu acide d'un ester est une réaction limitée.Vrai.
    D- L'eau de brome permet de caractériser les composés halogénés. Faux.
    ("L'eau de brome permet de caractériser une liaison double >C=C< ")
    E- La réaction d'un alcool avec un anhydride d'acide est une réaction totale.Vrai.

    à propos de conductance
  4. A- La conductance d'une solution diminue si la concentration des ions augmente Faux.
    (" aux faibles concentrations conductance et concentrations sont proportionnelles")
    B- La conduction d'une solution est assurée également par les électrons Faux.
    ( " les électrons assurent la conduction dans les métaux")
    C- La conductivité d'une solution dépend de la nature des ions en solution.Vrai.
    D- La résistance d'une solution est l'inverse de sa résistivité.Faux.
    ( " La résistance d'une solution est l'inverse de sa conductance")
    E- La conductance d'une solution ne dépend pas des caractéristiques géométriques de la cellule.Faux.
    ("La conductivité d'une solution ne dépend pas des caractéristiques géométriques de la cellule")

  5. La conductance, due uniquement aux ions HCO3- d'une eau minérale est en siemens : 1,8 10-2 ; 1,8 10-4 ; 1,8 10-7 ; 1,8 10-3 ; 1,8
    l(HCO3-) = 45 10-4 S m² mol-1 et [HCO3-]= 4 mmol/L ; k =L/S= 100 m-1.
    s= l(HCO3-)[HCO3-] =45 10-4 *4 = 1,8 10-2 S m-1. 4 10-3 mol/L = 4 mol m-3.
    G= 1,8 10-2 / 100 =1,8 10-4 S

    à propos d'un accumulateur
  6. Un acumulateur au plomb est chargé, puis déchargé dans un circuit électrique. L'équation de décharge est :
    Pb(s) + PbO2(s) + 2(2H+(aq)+SO42-(aq)--> 2PbSO4(s) + 2H2O(l)
    A- Au cours de la décharge l'accumulateur se comporte comme un récepteur.Faux.
    ("Au cours de la décharge l'accumulateur se comporte comme un générateur")
    B- Au cours de la charge l'accumulateur se comporte comme un générateur.Faux
    (" Au cours de la charge l'accumulateur se comporte comme un récepteur ")
    C- Au cours d'une décharge, l'anode est le pôle positif de l'accumulateur Faux
    (" anode = oxydation donc libération d'électrons dans le circuit extérieur")
    D- Au cours d'une charge, la cathode est le pôle négatif de l'accumulateur Vrai.
    (" cathode = réduction, au cours de la charge la cathode reçoit des électrons d'un générateur électrique extérieur")
    E- La masse de l'accumulateur diminue au cours d'une décharge.Faux
    (" aucun gaz ne se dégage")

  7. La concentration en acide sulfurique dilué (2H+ (aq) + SO42-(aq) ) à la suite d'une décharge complète est en mol /L: 1 ; 2 ; 3 ; 4 ; 5.
    Capacité de l'accumulateur : C= 96,5 kC ; 1F= 96500 Cmol-1 ; concentration initiale en acide sulfurique : 6 mol/L ; volume accumulateur : 1 L.
    Quantité de matière d'électrons : n(e-) = C/F = 96500/96500 = 1 mol
    Pb = Pb2+ + 2e- d'où n(Pb) = ½ n(e-) = 0,5 mol
    Pb(s) + PbO2(s) + 2(2H+(aq)+SO42-(aq)--> 2PbSO4(s) + 2H2O(l)
    D'après les coefficients de l'équation ci-dessus n(2H+(aq)+SO42-(aq) = 2 n(Pb) = 1 mol
    La concentration en acide sulfurique chute de 1 mol/L ; réponse : 5 mol/L.

    à propos d'un dosage acido-basique
  8. Les ions hydrogénocarbonates d'une eau minérale sont dosés par une solution d'acide chlorhydrique suivant la réaction quantitative d'équation :
    HCO3-aq) + H3O+ (aq) = H2O (l) + CO2, H2O (aq)
    Ce dosage est suivi simultanément avec trois courbes :
    - courbe 1 : variation du pH en fonction du volume d'acide versé.
    - courbe 2 : variation du % de CO2, H2O (aq) en fonction du volume d'acide versé.
    - courbe 3 : variation du % de HCO3-(aq) en fonction du volume d'acide versé.
    A- La courbe 1 est une fonction croissante Faux
    (" au début, dans l'erlenmeyer, HCO3- est en excès ( pH voisin de 7) ; après l'équivalence H3O+ est en excès (pH voisin de 2)")
    B- Les courbes 2 et 3 se croisent lorsque le pH est égal au pKa du couple H3O+ / H2O.Faux
    (" Les courbes 2 et 3 se croisent lorsque le pH est égal au pKa du couple CO2, H2O (aq) / HCO3-(aq)")
    C- La courbe 2 tend vers l'asymptote de valeur 0.
    Faux
    (" la courbe 2 tend vers l'asymptote de valeur 100 %, CO2, H2O (aq) étant l'un des produits : sa quantité augmente")
    D- Le pH à l'équivalence est basique.
    Faux.
    (" à l'équivalence , présence de l'acide
    CO2, H2O (aq), donc milieu acide")
    E- La courbe 1 tend vers l'asymptote pH= - logCa. Ca concentration initiale de l'acide chlorhydrique en mol/L
    Vrai.
    (" il faudrait tenir compte du facteur de dilution")


  9. La bacicité d'une eau minérale est due uniquement à des ions hydrogénocarbonates. Le titre alcalimétrique complet ( TAC) de cette eau minérale est : 20 ; 2 ; 100 ; 200 ; 4.
    Le TAC est le volume (mL) d'acide chlorhydrique de concentration Ca= 2 cmol/L qui neutralise un volume de 100 mL de solution basique. La concentration initiale en ion hydrogénocarbonate est 4 mmol/L
    n(
    HCO3-) = 4 10-4 mol dans 100 mL d'eau ; donc n( acide )= 4 10-4 mol soit 4 10-4 = Va* Ca d'où a = 4 10-4 / 2 10-2 = 2 10-2 L; TAC = 20 mL

    A propos d'échanges thermiques

    A- Un changement d'état s'accompagne de la rupture de liaisons intramoléculaires Faux.
    ("
    Un changement d'état s'accompagne de la rupture de liaisons intermoléculaires")
    B- L'état liquide est un état physique fluide, condensé et désordonné.Vrai.
    C- La liquéfaction est une transformation physique exothermique.
    " La liquéfaction est un changement d'état de gazeux à liquide"
    Vrai
    D- La dissolution d'un composé ionique est toujours exothermique.
    Faux.
    E- La solidification est une transformation chimique endothermique.
    Faux
    ("La solidification est une transformation physique")



retour -menu